SURVIVRE À LA FIN DE L'HIVER

Publié le par severine

Pour beaucoup (dont moi), février est le mois le plus délicat de l'année  ; le tout étant de "survivre" à la fin de l'hiver  ; après tant de semaines où l'on oublie que le ciel est bleu et que le soleil existe, d'autant plus que la neige s'est invitée depuis ce matin sur Fontainebleau et ailleurs  !
Une clef peut-être au travers de la neige  : oublier toutes les petites douleurs physiques et morales en se roulant dans de gros pulls et un plaid polaire pour se nourrir de merveilleux, de poésie et de douceur (de l'engrais et de la lumière intérieurs pour maturer ses bourgeons)...

Je propose quatre remèdes testés et approuvés  :

 

・    Un petit documentaire sur les Géants danois (j'aurais envie de dire les Trolls) en palettes recyclées de l'artiste Thomas Dambo (qui a peut-être juste rendu visible ce qui ne l'était pas...).

・    Un joli recueil de contes de Hans Christian Andersen autour de la nature  ; où l'on s'émeut de l'aura extraordinaire que la moindre petite fleur et que le moindre objet du quotidien ont pu développer dans le cœur des scandinaves, au fil des longs et rudes hivers de chez eux. À la lecture de ces contes philosophiques (les moins connus d'Andersen mais sans doute les plus intéressants), les fans de botanique porteront un regard nouveau sur les belles à corolles, et tout un chacun sera tenté de se demander ce que pense sa théière...

・    Tant qu'on est dans les histoires, autant dévider le fil avec 4 émissions radiophoniques à podcaster sur le thème des contes (sachant qu'il y a conte et conte, et qu'on estime que les innombrables contes de notre monde découlent de 200 souches... Une idée à creuser pour ré-insuffler de l'humanité à nos sociétés par un autre biais que la religion ou les cours d'éducation civique).

・    On bouclera la boucle avec 5 entretiens radiophoniques avec l'elficologue Pierre Dubois, qui nous rappellent que le monde est fait de différentes couches superposées, visibles ou invisibles, mais liées les unes aux autres  ; y croire étant peut-être le moyen de les rendre visibles, ou plutôt de les empêcher de disparaître...

La faculté de rêverie est une faculté divine et mystérieuse ; car c'est par le rêve que l'homme communique avec le monde ténébreux dont il est environné.

Charles Baudelaire


On a plus que jamais besoin de "réenchanter le monde des humains"  ;
le monde en lui même étant par nature extraordinaire et abondant  ;
il est sans doute à la base le fameux jardin d’Éden dont on parle...
Cliquez sur les vignettes au dessus pour accéder à ces multiples remèdes  !

Publié dans COUPS DE COEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article