CQFD (la poésie de la vie)

Publié le par severine

Jung parlait des "synchronicités" de la vie ; en voici une bien jolie.
Mon dernier article traitait, entre autres, du printemps des poètes et des brocantes. J'ai trouvé dimanche dernier un recueil de poèmes datant de 1952 à un vide-grenier !
Des œuvres de poètes du XV° au XX° siècle y sont rassemblées par René Poirier, à l'attention de la jeunesse (et quand on lit certains poèmes présentés dans ce recueil  ; on se dit qu'on sous-estime beaucoup la jeunesse aujourd'hui ; j'dis ça j'dis rien). Toujours les merveilleuses illustrations de l'époque  ; ici les aquarelles de Marc Dœlitz. Merci brocabrac ! N'hésitez-plus, laissez-vous surprendre. Les boîtes à livres qui commencent à fleurir un peu partout dans nos villes ne sont pas mal non plus pour se procurer des bouquins, ou pour alléger utilement sa bibliothèque.

 

J'ai déniché cet ouvrage fleuri sur le petit stand d'un brocanteur (aux tarifs de marché aux puces). À première vue je n'imaginais pas trop ce dernier lisant de la poésie, mais me voyant craquer pour le livre  ; il m'a ramené de sa camionnette, pas pour me le vendre mais pour me le montrer, un petit livre relié à l'ancienne du "Cantique des cantiques" (rien de tordu dans la démarche : une esthétique on ne peut plus sobre à l'intérieur !). Il ne l'avait pas encore lu, mais il le gardait comme un talisman ; le livre numérique ne détrônera jamais le livre objet, jauni et parfumé de temps qui passe. C'était vraiment touchant de le voir serrer le livre en question contre son cœur ; comme quoi ! Il m'expliquait qu'il attendait d'avoir moins de soucis pour se plonger dedans. Pour l'avoir testé et vérifié plus d'une fois  ; c'est justement au cœur des difficultés (quand on est bien chamallow) qu'on est le plus à même de se laisser toucher par la poésie, et donc le plus à même d'en saisir la beauté et les messages qui réparent un peu tout. La friandise suprême étant de recopier ses strophes préférées dans de jolis carnets, pour les relire souvent (un peu de romantisme échevelé n'a jamais fait de mal à personne ; lâchons-nous un peu !).
Bon printemps des poètes à toutes et à tous  !

Ne vous plaignez pas trop d'avoir un cœur très sombre
Vos yeux seront plus beaux quand vous aurez pleuré,
Il naîtra de vos pleurs, il va croître à votre ombre
Quelque lys inconnu qu'on n'a pas respiré.

Gérard D'Houville (Marie de Heredia) - Consolation

Publié dans COUPS DE COEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Meli 20/03/2019 11:35

Quelle belle trouvaille ! Perso j'adore les sensations que peuvent dégager ces "vielles pépites" comme le parfum du temps...

severine 20/03/2019 15:08

Oui c'est une sacrée chance d'être tombée dessus ; pas de hasard :)
Ce que je préfère, c'est que ça nous ramène à un temps où on prenait le temps de faire les choses avec Coeur... ça serait bien qu'on y revienne un peu plus aujourd'hui. Ces pépites sont de vrais messages ! Je vous souhaite de belles découvertes dans les allées des vide-grenier !