POUR VOUS DES FLEURS

Publié le par severine

Malgré la situation étrange que nous vivons en ce moment, n'oublions pas que vendredi ce sera le printemps, mais pas que : ce sera aussi le jour du Conte ! En voilà un chouette programme !

Pour accéder à un espace de Vie illimité dans un cadre de vie limité ; on va faire comme les héroïnes romantiques anglaises de mon petit panthéon britannique : on va tricoter du rêve, malgré tout, et semer des petits morceaux de sucre de Mary Poppins au fil des jours pour ne pas perdre notre chemin.

Rappelons que la vie c'est 95% de quotidien, 95% de vie qu'on vit souvent comme un robot : l'opportunité de nous réapproprier 95% de notre vie nous est offerte par cette petite chose invisible envoyée par la Nature (qui va pouvoir se reposer un peu pendant qu'on réfléchira et qu'on fera un peu de rangement dans nos "intérieurs").

Gérer sa vie depuis son petit nid est sans doute plus facile pour les illustrateurs, qui avouons-le, ont des vies de petits bigorneaux. Mais je vous garantis que cette expérience sera plus qu'enrichissante, pour tous : on a plus de ressources et de créativité qu'on imagine, et c'est souvent face aux contraintes qu'on les découvre, avec un certain émerveillement et une certaine satisfaction.

 

Pour puiser un peu de douceur, d'inspiration, de courage ou de joie, voici un petit bouquet de chosettes de circonstance, pour patienter et faire des pauses, en attendant de pouvoir gambader joyeusement dans les herbes folles ! Ce qu'il y a de bien dans l'attente et le retard, c'est qu'on apprend à apprécier la vraie valeur des choses, et quand on connaît la vraie valeur des choses, on est plus à même de ne pas les abîmer. Ce qui in fine est du temps de gagné, plutôt que du temps perdu.

 

 

Comme d'habitude, cliquez sur les vignettes en tête de paragraphes, ou dans les liens présents dans le texte :

 

On commence avec de la jolie musique de saison, the lark ascending de Ralph Vaughan Williams (1872-1958) ; un morceau divinement anglais, léger, lyrique, poétique, où danse une alouette (lark) dans le ciel du printemps... De jolis airs traditionnels ne sont pas tombés dans l'oubli grâce à des compositeurs comme Vaughan Williams : on lui doit par exemple une Fantasia on Greensleeves, morceau tout aussi printanier, d'auteur anonyme (d'après Jordi Savall, "anonyme" sous entendrait composé par une femme...), sans doute une des plus jolies mélodies au monde, et sous la direction de Leonard Bernstein ; c'est tripale !!!

Tant qu'on est dans la musique classique, j'ai entendu que le site web de l'Opéra proposait d'avoir gratuitement accès à ses captations pendant le confinement ; ça peut être sympa de goûter à ça avec les plus jeunes, surtout que l'opéra, c'est pas cadeau comme on dit, alors autant en profiter !

Encore une musicienne, qui œuvre elle aussi à préserver de l'oubli un certain nombre d'airs traditionnels : Loreena McKennitt (canadienne d'origine irlandaise) ! On va faire d'une pierre deux coups, avec un magnifique poème de l'irlandais W.B. Yeats qu'elle a divinement mis en musique : The stolen child. Sur la vidéo on peut lire le poème en question. On pourra penser aussi à the Mummers' dance, chanson basée elle aussi sur une mélodie traditionnelle liée aux saltimbanques ("mummers"). Cette Femme est d'un charisme et d'une modestie qui me scotchent, sa musique est un cadeau, quelle chance on a, wah !

On reste dans la musique, avec un tube cultissime à ne pas oublier de Ray Ventura (1908-1979) et ses collégiens (oui c'est pas jeune, mais c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes). Ça c'est pour se donner la patate en cas de coup de mou, et ça plaira aux enfants en plus, c'est obligé  ^^

Et tant qu'on est dans le printemps, je rajoute un autre tube cultissime pour le plaisir, petite fleur de Sydney Bechett ; plus nostalgique, mais à consommer sans modération pour du tout doux !

On revient à la poésie, avec un poème de Théophile Gautier (1811-1872) que j'adore (même s'il n'aimait pas George Sand : c'est pô bien !). Ce que j'aime dans ce genre de poème, c'est qu'on sent que le poète a passé des heures à contempler la nature dans le moindre petit détail, en s'inventant plein d'histoires pendant ses contemplations, comme les mômes ! C'est si bon  :)

Rappelons que le thèmes du printemps des poètes est "le courage". Thème choisi l'an dernier... Quand je vous dis que les poètes ont une longueur d'avance sur les autres, cqfd.

Comme le 20 mars sera aussi le jour du conte, les fleurs serviront de transition, avec un joli conte d'Andersen (1805-1875) à écouter, les fleurs de la petite Ida ; un de mes préférés de lui ! Ses contes les plus connus sont loin d'être les plus intéressants ou les plus heureux (à croire qu'on les choisissait exprès pour traumatiser les enfants...). Quel rapport avec la vignette me direz-vous ? Eh bien la vignette représente un des nombreux papiers découpés qu'Andersen réalisait spontanément en racontant ses histoires aux enfants ! Il avait un talent fou et une grande sagesse cet homme là. 7 jolis contes d'Andersen que j'adore : ici, ici, ici, , , et .

Tant qu'on est dans les contes, vous pouvez podcaster des contes d'auteurs sur OLI de France inter, des contes traditionnels sur Radio Classique, et des épisodes de Tintin sur France Culture !

On passe maintenant du conte à un conteur, et pas des moindres : Henri Gougaud (qui écrit aussi délicieusement qu'il conte). Là c'est une petite réflexion sur le sens ; trouver ou donner du sens pour ne pas "mourir de faim de sens", et on en a bien besoin de sens en ce moment, de bon sens surtout, dans tous les sens du terme. À chacun de trouver ou de donner du sens à ce qu'il vit.

Encore un conteur, mais un conteur-peintre ! C'est un extrait de Klimbo (Kliment Dentchev, 1939-2009), un programme jeunesse du Canada qui passait en France pendant les Fêtes de fin d'année quand j'étais gamine : ce peintre bulgare à l'accent québécois racontait de jolies histoires tout en peignant sur une vitre placée devant lui : le rêve ! Je me rappelle d'un petit garçon qui se promenait sur les chemins avec sa "compagne campagne". Qui s'en souvient ?

Tant qu'on est dans la peinture et les belles histoires ; on fera un petit tour chez les Fées, plus exactement dans le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare (le printemps porte le germe de l'été), avec une version animée magiquissime sortie de l'imagination de Jiri Trnka (1912-1969), un célèbre illustrateur tchèque qui a réalisé tout un tas de jolis films d'animation, comme Prince Bayaya. Sa Titania est trop mignonnette, avec sa traîne constellée de petites fleurs qui sourient... Une pure merveille de poésie.

Les dessins du monsieur sont tout aussi fantastiques ; j'ai la chance d'avoir trouvé les contes d'Andersen illustrés par lui pour une bouchée de pain chez Boulinier (édités chez Gründ), c'est si doux ! Certains hommes à l'allure de gros nounours sont des montagnes de sensibilité et de douceur ; comme quoi ce n'est pas incompatible, cqfd n°2.

On part maintenant en Russie, pour découvrir un joli court-métrage d'animation qui vous fera redécouvrir la pluie, l’Élément de saison qui arrive sans prévenir pour donner vie à des merveilles. Je pense que ce sont ces mêmes auteurs qui ont réalisé le court-métrage sur le vent que j'aime tant, les personnages fantastiques y ont la même aura diaphane et mélancolique, c'est très, très joli tout ça : ça réenchante le monde !

Comme on n'est pas loin de Pâques et de la saison des pique-niques ; on fera d'une pierre deux coups avec un court métrage de Jim Henson (1936-1990) où une colonie de lapinous prépare un grand pique-nique annuel : The bunny picnic ! Rien n'y manque, pas même le conteur ambulant ou la grand-mère qui cuisine des pickles ^^ Un spectacle plus que réjouissant, profond, ponctué de jolies ritournelles (très loin des chansons gnangnan et dégoulinantes de certains Disney). Et puis il y a Bean le lapin !

Pour ceux qui n'ont pas peur de l'anglais (simple car jeunesse), il y a aussi les Rankin & Bass de Pâques, que Jim Henson a dû voir ; on y retrouve le même esprit frais, profond et lumineux : (re)découvrez Here comes Peter Cottontail et The Easter Bunny is comin' to town.

Et pour le plaisir des yeux : le plaisir désuet des vieilles cartes postales fleuries d'autrefois ! On se s'en lasse pas, ça serait chouette qu'on en réédite des comme ça, ça donnerait envie d'en envoyer.

Images trouvées sur le moteur de recherche Écosia : celui qui plante des arbres à chaque recherche.

Pour sourire ou rire un bon coup, je terminerai par une série de surprises : cliquez pour les découvrir, et savourez pleinement !!! Surprise 1, Surprise 2, Surprise 3, Surprise 4, Surprise 5, Surprise 6 , Surprise 7 ! Parce que c'est encore l'humour couillon et frais qui fait le plus rire  ^^

Comme c'est le moment idéal pour se (re)mettre au crochet ou au tricot, ou pour transmettre ce savoir-faire, j'ajoute 5 nouveaux liens vers des contenus bien inspirants, dont un court-métrage de Pixar, qui vaut tous les bouquins psycho du monde ! Je remets aussi MochiMochiLand, parce que c'est irrésistible (les petits morses de la St Valentin, rooo)... L'avantage des carrés granny, c'est qu'on apprend vite tout un tas de points en en faisant, et une fois qu'on les connaît, on peut se lâcher ! Cliquez sur les vignettes ci-dessus !

 

Quelques idées en vrac pour le confinement :

 

  • Pour occuper les petits loups en cage en appartement, vous pouvez farfouiller dans mes cahiers de coloriages-découpages-bricolages réalisés pour Hugo l'escargot entre 2009 et 2018. Le calendrier 2016 des petites choses peut se révéler utile en ce moment ; retrouvez le pdf accompagnant ici, il n'a toujours pas été remis en ligne sur Hugo, mais je ne leur enlève pas le pain de la bouche, je ne l'ai pas facturé ^^ Servez-vous en ! Celui des petits trésors, de l'hiver, du printemps et d'Hanami pourront bien vous accompagner aussi. Il y a Pâques aussi à préparer (poussins en pompons, œufs peints, fleurs en papier, etc).

     

  • Niveau repas : pourquoi ne pas organiser un pique-nique dans le salon sur une nappe posée au sol, ou confier chaque jour aux enfants le soin de décorer joliment la table (ce qui peut les occuper une journée) ? On pourra aussi cuisiner un WE en famille, avec des plats simples à réaliser, apprendre à dresser un plat de crudités comme un mandala, faire des fleurs avec des radis (trempés dans l'eau chaude après la coupe), etc. On peut simplement allumer une petite bougie photophore pour un peu de rêve aussi, et diffuser une jolie musique en fond sonore. Et on dégage les écrans à table svp.

     

  • Un samedi jardinage sur le balcon ou sur un plaid peut être sympa aussi, en respectant les phases de la lune pour que ça marche mieux.

     

  • On peut aussi lire ou relire de jolis livres ou de jolies histoires, et fabriquer des carnets pour recopier des citations, des poèmes, qu'on agrémentera de collages, ou encore réaliser un carnet "sel de la vie" comme le livre de Françoise Héritier, ou un journal de bord de sa période de confinement, où on notera tous les petits morceaux de sucre de Mary Poppins de la journée, tout ce qu'on aura appris de nouveau, etc : ça peut être un jeu avec les enfants en fin de journée pour positiver et mieux faire dodo, le champ des possibles est vaste !

     

  • On peut aussi ressortir de vieux jeux de société (tangram, osselets, billes, mikado, dominos, etc), faire des réussites avec de vraies cartes et non sur une tablette, faire un château de cartes aussi pour l'agilité et la patience, des puzzles, etc.

     

  • On peut faire du tri dans ses affaires (pour un futur vide-grenier) et se fabriquer une boîte à trésors par la même occasion, comme Saint-Exupéry et sa malle à souvenirs dans laquelle il farfouillait régulièrement : ces boîtes sont de vrais baumes et de véritables sources d'inspiration, l'occasion de raconter l'histoire de chaque objet  :)

     

  • On peut aussi en profiter pour apprendre à reconnaître les oiseaux et leurs chants, on peut les observer et les écouter à la fenêtre (l'occasion de bien aérer, très important pour le cerveau), on peut aussi observer l'installation du printemps en regardant par la fenêtre : les feuilles, la lumière, les bruits, les parfums, les fleurs, le retour des hirondelles, le coucou, etc, selon l'endroit où l'on vit, et noter le tout, comme un naturaliste. Les plantes à la maison se réveillent aussi !

     

  • Et puis on peut se mettre au bricolage, bricolage récup' écolo comme fabriquer sa lessive, son dentifrice, ses cotons à démaquiller avec de vieilles fringues, ses sacs à course avec de vieux débardeurs, crocheter ses tawashis, faire des doudous avec des chaussettes, faire des boutures pour les futurs trocs aux plantes ou pour offrir, etc.

     

  • Niveau cohabitation, bon, moi je suis "seule" (on n'est jamais seul, rien que les plantes, on les sent !), si chacun arrive à gérer sans s'écharper, c'est un super entraînement pour mieux communiquer entre nations !!! C'est comme un test en labo avant le test à grande échelle ^^ Les enfants d'une amie font chaque semaine un cercle indien avec un bâton de parole pour que chacun s'exprime, sans être coupé par un autre ; ça peut être sympa à mettre en place et très utile, d'autant plus que le côté indien plaira à tout le monde (vous pouvez même vous trouver un nom indien). Laissez aux enfants le soin de fabriquer un bâton de parole. Pour lâcher les soupapes, pourquoi pas 5 min de bataille de polochons, de chant de chansons rigolotes, ou de match de boxe entre deux doudous ! Faire parler les doudous c'est bien aussi pour faire parler les enfants et les grands (et puis c'est rigolo de prendre des voix forcées de doudous). Penser CNV aussi (communication non violente) : parler plutôt de ce qu'on ressent avec l'emploi du "je", plutôt que de partir sur un "tu" accusateur. Repenser aux livres sur les émotions de Catherine Aimelet-Perissol peut aider aussi : derrière chaque émotion il y a un besoin ; si on y pense, on sort plus facilement de l'émotion pour répondre au besoin par autre chose que l'émotion, c'est révolutionnaire cette vision des choses. Et puis penser aussi que le cerveau des enfants n'est pas suffisamment développé pour gérer les émotions (il est ok vers 21-25 ans), et que l'émotion leur permet de retrouver un équilibre physique, courage, c'est chaud parfois avec les minipouces.

Voilà ! Sur ce, je vous offre un petit bouquet de violettes d'ici, les violettes odorantes de début mars, particulièrement énormes cette année et au parfum délicieusement sucré, pour vous accompagner pendant cette période (elles ne se faneront pas celles-là). Sachant qu'on peut tirer bénéfice de toutes les situations ! Bonne redécouverte de vous, des autres, de vos intérieurs, de vos ressources personnelles, de vos vies, de vos rêves et de vos envies. Quand on se retrouve en situation de limitation, on apprend à voir ce qu'on a, et à être reconnaissant pour ça ; ce simple état de fait suffit souvent à dissoudre les envies qui n'en sont pas. Connaître la vraie valeur des choses est une richesse et un atout de taille. Mieux vaut focaliser sur ce qu'on a plutôt que sur ce dont on imagine manquer. Un juste et heureux milieu peut être à la portée de tous.

Pensée spéciale à tous ceux qui œuvrent sur le terrain niveau sanitaire, et à ceux qui œuvrent pour que la vie continue (les petits qu'on ne voyait plus). Merci aussi à tous ceux qui partagent du +++ via le web, la radio, etc, depuis chez eux : c'est très artisanal, spontané, bien chaleureux et tout doux tout ça ! heart

Big Hugs sans microbes, et faisons preuve de civisme et de sérieux, tout en gardant un cœur et des yeux d'enfants (responsables)   :)

Publié dans COUPS DE COEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Myriam 19/03/2020 12:16

Un bel article avec plein de bonnes idées à partager... tout sauf se laisser aller ;)
Belle journée à toi !

severine 28/06/2020 14:34

Dis donc, je n'avais pas vu ton commentaire !!! Je n'ai pas reçu de notification... Il y a toujours des petits bugs à droite à gauche avec les messages.
Mieux vaut tard que jamais pour la réponse ; je suis ravie que tout ça t'ait plu, tu as bien partagé aussi de ton côté avec tes jolis tutos, c'est chouette, beaucoup de partages dans cette période, si toutes ces graines pouvaient germer à grande échelle, ce serait vraiment bien... (on peut toujours rêver)
Un doux dimanche à toi !